LE PROJET YWW ERASMUS+ JEUNESSE DANS LES 60 BELLES HISTOIRES DE L’UE

Ce 25 mars, les traités de Rome ont 60 ans ! Depuis 1957, l’Union européenne, appelée à ses débuts Communauté économique européenne, agit dans de nombreux domaines pour faire de l’Europe un continent de paix, prospère, respectueux des valeurs humaines, pionnier dans la protection de l’environnement et du climat. Les actions de l’Union européenne ont un impact direct sur la vie quotidienne des citoyens européens, ce qui n’est pas toujours connu de tous.

Parmi ces 60 belles histoires publiées sur le site de Toute l’Europe à l’occasion des on retrouver le projet  Youth Women Win soutenu dans le cadre du volet jeunesse du programme Erasmus+

youthwomenwin-antsirabe-avril2016-sarkphotography-3

Découvrez l’intégralité de l’article: http://www.erasmusplus-jeunesse.fr/blog/440/17/Deux-projets-Erasmus-Jeunesse-dans-les-60-belles-histoires-de-l-UE.html

 

 

Youth Women Win, concrètement c’est quoi ?

Youth Women Win, c’est :

  • ♦ 1 projet transnational soutenu par le programme européen Erasmus+ Jeunesse et Sport
  • ♦ 3 associations partenaires (ArrimageGood’Iles, GroupeOne, CForC)
  • ♦ 1 objectif « soutenir l’accompagnement des jeunes femmes vers l’entrepreneuriat »
  • ♦ 1 guide d’accompagnement contenant
  • ♦ 2 approches : individuelle et collective
  • ♦ 1 boite à outils

Ce guide est le résultat des transferts des pratiques et outils d’accompagnement entre chaque association partenaire mais également des réflexions menées lors des 3 Séminaires transnationaux (Guadeloupe, Belgique, Madagascar).

Comment ce guide a-t-il vu le jour ? Le premier chapitre de son histoire vous est conté dans la vidéo ci-dessous et le reste vous sera communiqué dans les prochains mois…

Bon visionnage

Les partenaires de Youth Women Win

 

 

 

 

 

L’accompagnement des femmes entrepreneures vu par les coaches

Les partenaires de Youth Women Win sont partis à la rencontre de trois coaches  à la création d’entreprise afin de les interviewer sur leur vision de l’entrepreneuriat féminin. Quatre questions leur ont été posées  :

youthwomenwin-antsirabe-avril2016-sarkphotography-91

 

  • Comment définissez-vous le métier de l’accompagnateur ?
  • Voit-on une différence entre les hommes et les femmes ?
  • Quels conseils donneriez-vous aux  femmes entrepreneures ?
  • Peut-on parler d’une évolution de l’entrepreneuriat féminin ?

 

Ces coaches sont situés en Belgique et accompagnent quotidiennement des femmes et des hommes dans le développement et le suivi de leur projet d’entreprise. Nous tenions ainsi à remercier  Aurelie-Anne Jacquerye, Vincent Vandernoot et Alexandre Bertrand de nous avoir accordé du temps pour réaliser ce témoignage et  Victor Lepoutre pour la capture d’images et le montage.

 

 

 

 

 

 

Etude sur l’entrepreneuriat féminin à Bruxelles (2015)

Comment l’entrepreneuriat féminin se porte-t-il à Bruxelles ? Women In Business, le réseau bruxellois des femmes entrepreneures, a tenté au travers d’une étude, de répondre à cette vaste question. Cette étude s’est basée sur le terrain et a été alimentée par les structures d’accompagnement bruxelloises dédiées uniquement à l’entrepreneuriat féminin. Bonne lecture !

etude-entrepreneuriat-feminin-bruxelles-4

Entreprendre à Madagascar : plan A ou plan B ?

Etre entrepreneur est considéré soit comme  un vrai succès ou le contraire une situation des plus dérisoires !

Nous avons essayé de demander un peu partout, une interview trottoir, sur le thème de l’entrepreneuriat et surtout de l’entrepreneuriat féminin.

Voici ce que les gens disent :

pouleNandrianina 27 ans, éleveuse de poule pondeuse, habitant à Antananarivo, Madagascar : « Je suis devenue entrepreneure par la force des choses, mes parents avaient des activités d’élevage de poules pondeuses et à leur mort, j’ai été obligé de reprendre cette activité… »

Hery Zo, 42 ans, paysagiste, habitant à Antananarivo Madagascar : « Pour moi, une femme entrepreneure diffère d’un homme ; en effet, si je prends mon cas,  une femme exerçant la même activité que moi serait moins astucieuse quand il s’agit de négociation, toutefois, elle demeurerait plus persévérante … » classeur
Par rapport aux plus jeunes, l’entrepreneuriat est encore une situation inconnue, qui n’est pas un plan pour tout de suite mais s’avère un rêve, une vision et entamer l’étape de création d’entreprise n’est pas pour maintenant.  Un jeune sur quinze interrogés projette de  créer sa propre entreprise.

Si l’entrepreneuriat étaient un trophée, on n’aurait pas du mal à trouver le gagnant puisque peu se lance dans la course ! C’est dans cet axe que le projet Youth Women Win s’inscrit pour répondre à ce besoin d’accompagnement à l’entrepreneuriat pour booster l’esprit d’entreprendre chez les jeunes spécialement chez les jeunes femmes. trophée

Jessica BRUDEY, jeune femme entrepreneure créatrice de Foodiles

Veux tu nous presenter ton entreprise et son evolution.

ORANGE & ELLES-18 FBK (1)

Jessica Brudey, fondatrice de Foodiles.                       

Bonjour,

J’ai lancé Foodiles, 1ére application de géolocalisation des restaurants  de la Caraïbe , il y a bientôt un an et demi. Pour le moment, je suis focalisée sur la Guadeloupe et je propose une application disponible sur IOS & Android , un site web www.foodiles.com , un blog www.foodilesleblog.com  et des réseaux sociaux mettant en valeur les meilleures adresses gourmandes. 

Que vous recherchiez un japonais, de la cuisine du monde ou tout simplement de la cuisine traditionnelle, vous avez accès à plus de 400 adresses. L’idée de départ est vraiment de fournir un outil permettant d’arrêter de chercher où manger. Les adresses sont classées par type, par ville, par prix ou tout simplement « Près d’ici ». Je travaille en partenariat avec les restaurateurs afin de les accompagner dans la transition numérique, de leur permettre  de toucher une clientèle toujours plus connectée.

Quels sont les  difficultés et les leviers que tu  as rencontré dans la creation de ton entreprise ? 

Il existe pléthore d’organisme d’accompagnements en Guadeloupe mais peu dans le digital. Le business model  d’une startup n’est pas figé comme celui d’une boulangerie par exemple. On  (les organismes, les banques…) nous demandent de nous adapter, de rentrer dans des cases. Or, ceci n’est pas possible. Il est primordial de se trouver un réseau de pairs (commençant comme nous ou plus aguerris) nous permettant d’échanger sur les trucs et astuces pour réussir.  Sinon, la solitude de l’entrepreneur qui n’est pas un mythe risque vite fait de nous rattraper et de nous enfermer dans un marasme et dans un brouillard sans limite.

Les difficultés sont d’ordre économique également. Ne pas confondre encart-FOODILES-2chiffre d’affaires et bénéfices n’est pas une gageure. Il faut être prêt à vivre des moments difficiles avant de voir le succès notre entreprise.Enfin, la chose primordiale est de trouver un compagnon ou une compagne de vie qui comprenne nos absences, nos présences-absences et le fait qu’au lieu de rapporter du revenu nous en dépensons.

Trois conseils que tu donnerais aux jeunes femmes et aux accompagnateurs professionnels pour  aider les jeunes  femmes   qui veulent entreprendre ?

  • Etre extrêmement organisé et rigoureux : dans la gestion, des dossiers (clients, organismes) et avoir une to do list afin de planifier nos actions,
  • Etre conscient que le succès ne pourra pas venir tout de suite dans 95% des cas,
  • Etre entouré
  • Tomber 100 fois et se relever 101 !

Jessica Brudey – www.foodiles.com

A propos de Youth Women Win

L’objectif principal du projet est de développer les compétences des professionnels travaillant avec la jeunesse des sur l’autonomisation et l’accompagnement à l’entrepreneuriat des jeunes femmes NEET, de partager les bonnes pratiques et de faire du réseautage pour lutter contre l’exclusion et le chômage.
Il s’agit d’identifier au sein du partenariat stratégique, à l’échelle des pays ACP-UE, les outils et approches efficientes et transposables aux contextes régionaux afin de créer un environnement et des conditions favorables au développement de l’esprit d’entreprise des jeunes femmes ayant le moins d’opportunités.