Entreprendre à Madagascar : plan A ou plan B ?

Etre entrepreneur est considéré soit comme  un vrai succès ou le contraire une situation des plus dérisoires !

Nous avons essayé de demander un peu partout, une interview trottoir, sur le thème de l’entrepreneuriat et surtout de l’entrepreneuriat féminin.

Voici ce que les gens disent :

pouleNandrianina 27 ans, éleveuse de poule pondeuse, habitant à Antananarivo, Madagascar : « Je suis devenue entrepreneure par la force des choses, mes parents avaient des activités d’élevage de poules pondeuses et à leur mort, j’ai été obligé de reprendre cette activité… »

Hery Zo, 42 ans, paysagiste, habitant à Antananarivo Madagascar : « Pour moi, une femme entrepreneure diffère d’un homme ; en effet, si je prends mon cas,  une femme exerçant la même activité que moi serait moins astucieuse quand il s’agit de négociation, toutefois, elle demeurerait plus persévérante … » classeur
Par rapport aux plus jeunes, l’entrepreneuriat est encore une situation inconnue, qui n’est pas un plan pour tout de suite mais s’avère un rêve, une vision et entamer l’étape de création d’entreprise n’est pas pour maintenant.  Un jeune sur quinze interrogés projette de  créer sa propre entreprise.

Si l’entrepreneuriat étaient un trophée, on n’aurait pas du mal à trouver le gagnant puisque peu se lance dans la course ! C’est dans cet axe que le projet Youth Women Win s’inscrit pour répondre à ce besoin d’accompagnement à l’entrepreneuriat pour booster l’esprit d’entreprendre chez les jeunes spécialement chez les jeunes femmes. trophée

Clotilde RAZAFIMBAVY « Etre jeune et femme ne doit pas empêcher d’entreprendre .. »

Clotilde RAZAFIMBAVY, gérante propriétaire de la THONERIE de BOENY 

photo clotilde

1.Présentation de l’entreprise  

La THONERIE de Boeny a vu le jour en 2010, après un concours de projet lancé par  le Ministère de la Culture et des loisirs, via le programme de Fonds d’Insertion pour les Jeunes. Ainsi, une entreprise toute récente qui a connu des hauts et des bas, mais qui a surtout résisté grâce à une forte persévérance de la jeune fondatrice. L’idée de s’introduire dans la filière « thon » venait surtout de la prise de conscience sur la dévalorisation de la filière dans la Région Boeny, alors qu’elle représente un grand potentiel pour le développement de la Région … Clotilde y étant originaire.

2.Trouver  les sources de financements

Élue lauréate du concours, Clotilde RAZAFIMBAVY a reçu un financement pour démarrer son projet. Malgré le fait que cette somme soit peu suffisante pour financer la totalité de son projet, avoir gagné à ce concours a déclenché sa motivation à entreprendre. Issue d’une famille pas très aisée, son poste de Comptable auprès de Réfrigepêche (une grande poissonnerie à Mahajanga – Région Boeny) lui a permis de s’autofinancer.  Comme toute jeune startup, le besoin de financement se fait toujours sentir ; c’est alors que Clotilde RAZAFIMBAVY avait demandé du
crédit auprès de diverses institutions mais, ne disposant pas d’assez de garantie, ce fut vain. Ainsi, elle a été obligé de recourir auprès des usuriers (taux de crédit à 50%, à rembourser en quelques mois.) … ce qui lui importait c’était d’en sortir vainqueur peu importe les moyens.

Actuellement, la THONERIE de Boeny a réussi à percer le marché, et ses marchés cibles commencent à se définir petit à petit : supermarchés, restaurants, les passionnés de cuisine. Le succès de Clotilde est principalement dû à sa persévérance et à sa passion ….


3.Concilier la vie privée et vie professionnelle

À la fois mère de famille et chef d’entreprise« Tout n’est pas cadeau », voilà comment elle a résumé ses réponses sur ce propos. Entre mari et femme, il faut tout se dire et tout se partager. Parfois, ça va au-delà de la vie familiale ; le mari se permet souvent de s’immiscer dans les affaires professionnelles de sa femme, qui va même des fois jusqu’à la prise de décision. Pourtant, les deux n’ont pas toujours les mêmes visions, ambitions et manière de gérer, pour ne citer que l’homme qui perd facilement patience et la femme qui persévère face aux difficultés à subir pour réussir. Mais pour éviter l’effet négatif sur son ménage, des fois, la femme doit céder.

Son  slogan  : «  ..Toujours aller de l’avant … être jeune et femme ne doit pas empêcher d’entreprendre » image logo la thonnerie